3° lecture Dimanche de la 6ème semaine du Temps Pascal – A

Jean 14, 15-21

« Moi, je prierai le Père »

Saint Augustin

Traité sur l’évangile de Jean, Homélie 102, OC 10, p. 336s

          Nous devons aujourd’hui expliquer ces paroles du Seigneur : Si vous demandez quelque chose au Père en mon Nom, il vous l’accordera. En mon Nom : par ces mots, il faut entendre non pas une manière toute matérielle de nommer le Seigneur, mais le sens véritable de ce nom. Celui qui pense donc au sujet du Christ des choses, qui ne conviennent pas au Fils unique de Dieu, ne prie pas en son nom, même s’il le nomme matériellement. Celui, au contraire, qui a de lui les sentiments qui conviennent, celui-là prie en son nom, et reçoit ce qu’il demande pourvu qu’il ne demande rien de contraire à son salut. Et il reçoit ce qu’il demande au moment opportun. Certaines demandes ne sont pas refusées, mais différées pour un moment plus convenable.

          Demandez et vous recevrez afin que votre joie soit parfaite. Ce qu’il appelle la joie parfaite n’est pas une joie selon la chair, mais la joie de l’Esprit. Elle sera  telle lorsque rien ne pourra y être ajouté : ce sera alors la joie parfaite. Vos demandes qui ont trait à cette joie doivent être faites au nom du Christ, si nous comprenons ce qu’est la grâce divine, si nous recherchons vraiment la vie bienheureuse.

          Le Père lui-même vous aime parce que vous m’aimez. Nous aime-t-il parce que nous l’aimons, ou bien l’aimons-nous parce qu’il nous aime ? C’est l’évangéliste lui-même qui nous donne la réponse dans son épître : Nous l’aimons, dit-il, parce qu’il nous a aimés le premier. Voilà d’où vient que nous l’aimons : c’est que nous sommes aimés. C’est un don de Dieu d’aimer Dieu. Lui-même nous permet de l’aimer, lui qui nous a aimés alors que nous ne l’aimions pas. Nous avons été aimés alors que nous étions loin d’être aimables, afin qu’il y ait en nous quelque chose d’aimable. Le Père nous aime parce que nous aimons le Fils, le Père et le Fils nous ont donné l’amour pour les aimer. L’Esprit du Père et du Fils a répandu l’amour en nos cœurs, et par cet Esprit nous aimons le Père et le Fils, et cet Esprit nous l’aimons avec le Père et le Fils. Dieu est donc l’auteur de cet amour saint par lequel nous l’aimons, et il a vu que cela était bon. C’est pourquoi il a aimé ce qu’il a fait. Mais il n’aurait pas fait en nous ce qu’il aimait s’il ne nous avait aimés avant de le faire.