2° lecture Fête de saint Benoît

Saint Benoît

Dom Ildefonse Herwegen

Biographie de saint Benoît, p. 9s

        Pour dresser la biographie de saint Benoît, les bases manquent, car une seule source nous renseigne sur sa vie, le second livre des Dialogues de saint Grégoire le Grand. Sa relation se présente comme un recueil de récits, lesquels, en grande partie, ont pour contenu des faits miraculeux. Ils étaient destinés à servir de consolation et d’édification aux fidèles. Les épisodes racontés, avec tout l’attrait de l’art de Grégoire, contiennent cependant un fonds d’histoire authentique. Car l’auteur écrit environ soixante ans après la mort de Benoît, et il s’appuie largement sur le témoignage d’hommes qui l’ont connu de près. Malgré toutes les légendes, et malgré leur caractère didactique, les récits de Grégoire gardent leur valeur propre, comme les Fioretti qui nous renseignent sur les dispositions d’âme de saint François, sa manière de vivre et de penser. Mais quant à l’utilisation de ces récits pour une vie de saint Benoît, on doit procéder, tout comme pour les Fioretti, avec beaucoup de précautions.

        Les Dialogues ne suffiraient pas, non plus, pour un portrait psychologique. Néanmoins, nous nous trouvons ici dans une meilleure posture, car une autre source, d’un prix inestimable, nous donne accès à la personnalité du Saint : c’est sa Règle, écrite de sa main. Elle est le fruit mûr de son génie, le témoignage authentique de sa façon de penser, de vouloir, de sentir. Elle n’est pas un simple enchaînement de préceptes impersonnels, mais elle apporte, en tant que méthode de vie religieuse, une profusion de pensées et de principes universels.

        Benoît a ramassé en elle les résultats de sa propre expérience de la vie, et ce qui, dans la tradition des anciens, lui semblait substantiel et utilisable. Elle rend possible, en réalité, un regard dans la vie intellectuelle de Benoît, et nous permet de saisir la vraie personnalité du Saint. Elle nous laisse surprendre le secret de son travail. Nous assistons à la délibération et à la pesée de chacun de ses règlements particuliers, et nous voyons comment il justifie pour lui-même et pour les siens, ses déterminations. Nous recueillons ses jugements sur les hommes et sur les choses, les leçons et les observations qu’il a tirées de la vie. Nous découvrons même les sentiments qui le dominent.