Jeudi 10 Temps Ordinaire – Saint Antoine de Padoue

Josué 5,13 – 6,21

La voie de la sagesse et de la justicePaul VI

Saint Antoine de Padoue

Une parole évangélique, choix de sermons, p. 145s

        Suismoi dit Jésus, car je connais le bon chemin et je te guiderai. Dans le livre des Proverbes, nous lisons : Je te montrerai la voie de la sagesse ; je te guiderai dans les sentiers de la justice ; quand tu y seras entré, tes pas seront sans contrainte, et si tu cours, tu ne rencontreras pas d’obstacle.

        La voie de la sagesse est la voie de l’humilité ; toute autre voie est sottise et orgueil. Il nous montre le chemin lorsqu’il dit : Apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur.

        La voie de la justice est la pauvreté et l’obéissance ; le Christ pauvre et obéissant t’y conduit par son exemple. Dans ces voies, il n’y a point de chemins tortueux, mais une totale impartialité et droiture.

        Mais, chose étonnante, si ces voies sont étroites, les pas n’y sont point étroits. La voie du monde, en revanche, est large et spacieuse ; ceux qui vivent selon le monde ne la trouvent jamais suffisamment large ; ils sont comme les ivrognes pour qui toute voie, aussi large qu’elle soit, est étroite.

        Le mal trouve tout étroit ; la pauvreté et l’obéissance, au contraire, par le fait même qu’elles rendent étroit, donnent la liberté. La pauvreté, en effet, fait l’homme riche et l’obéissance le rend libre. Celui qui court après Jésus sur ces voies ne craint pas l’obstacle des richesses, ni celui de sa propre volonté.

        Suis-moi, et je te montrerai ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu et ce qui n’est pas monté dans le cœur de l’homme. Suis-moi, et je te donnerai des trésors cachés et des richesses secrètes. Alors, tu verras, tu seras dans l’abondance, ton cœur s’émerveillera et se dilatera. Tu verras Dieu face à face, tel qu’il est ; tu seras comblé des délices et des richesses de la double veste de l’âme et du corps ; ton cœur admirera les ordres des anges, les demeures des bienheureux, et, dans ce bonheur, il s’épanouira en chants de joie et de louange.

        Donc, suismoi.