3° lecture Solennité de la Nativité de saint Jean Baptiste

Luc 1, 57-66+80

Jean, le Précurseur

Saint Pierre Damien

Sermon 24 pour la nativité de saint Jean-Baptiste, PL 144, 637-640

          La fête que nous célébrons aujourd’hui brille d’un éclat particulier, car elle annonce l’approche de notre rédemption et l’apparition de la vraie lumière. Comment la nativité de Jean-Baptiste n’évoquerait-elle pas celle de Jésus, puisque la naissance merveilleuse du Précurseur n’avait pas d’autre fin que de préparer la venue prochaine du Sauveur ? L’ami devait naître avant l’Epoux, le serviteur avant son Maître, la voix avant le Verbe, le flambeau avant le Soleil, le héraut avant le Juge, le racheté avant le Rédempteur. Jean-Baptiste lui-même l’a proclamé : Après moi vient Quelqu’un qui est passé devant moi, car il était avant moi. Et moi, je ne le connaissais pas, mais c’est pour qu’il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser dans l’eau.

          Précurseur du Christ, Jean l’a été par sa naissance, par sa prédication, par son baptême et par sa mort. Et même, il a commencé sa mission dès avant sa naissance. Son père Zacharie, était devenu muet à cause de son manque de foi. Mais lui, avant même de pouvoir faire entendre sa voix à l’oreille des hommes, tressaillant de joie dans le sein de sa mère, avertit celle-ci de la présence du Roi du ciel, caché dans le sein de la Vierge. C’est pourquoi Elisabeth s’écrit : Dès l’instant où la salutation a frappé mes oreilles, mon enfant a tressailli de joie dans mon sein.

          Frères, comprenons bien à quel point la vie de Jean-Baptiste fut admirable et quelle fut sa grandeur aux yeux de tous. Jamais on ne lui vit faire un prodige, et pourtant tout le peuple crut qu’il était le Christ, comme en témoigne saint Luc : Tous se demandaient en eux-mêmes si Jean ne serait pas le Messie. Peut-on trouver, en effet, une seule voie de sainteté que le Précurseur n’ait réalisée à un degré éminent ? Il n’était encore qu’un enfant quand il s’enfonça dans le désert et résolut d’habiter dans la solitude. Il renonça à succéder à son père dans la charge sacerdotale, afin de pouvoir annoncer en toute liberté le Prêtre véritable et souverain. Les prophètes ont prédit à l’avance la venue du Sauveur, les apôtres témoignent que cette venue a réellement eu lieu ; mais Jean seul montre le Sauveur présent au milieu des hommes. Parmi l’assemblée des martyrs, Jean préside comme le premier de tous : il a combattu avec force pour la liberté et il est mort pour elle. Il est devenu le chef de tous ceux qui combattent pour le Christ, et, le premier, il a planté dans le ciel l’étendard triomphal du martyr.