Mardi de la 6ème semaine du Temps Pascal

Actes 21, 27-39

Le converti devenu témoin

Saint Jean Chrysostome

Homélies sur les Actes des Apôtres, OC 15, p. 324s

          Allons ! Pourquoi hésiterais-tu ? Reçois le baptême, purifie-toi de tes péchés en invoquant le nom du Seigneur. Paroles dignes d’être notées que celles-là ! Nous ne lisons pas : Reçois le baptême en mon nom, mais bien : en invoquant le nom du Christ, du Seigneur. Par-là, demeure établie la divinité du Sauveur, car il n’est permis d’invoquer que Dieu seul. Saul ne fut pas contraint d’agir comme il le fit : Le Seigneur me dit : Va vers Damas, et là on te dira ce qu’il te faudra faire. Voilà maintenant le témoignage d’une ville entière qui est invoqué, puisqu’on l’y avait mené par la main ! Vient ensuite la prophétie lui annonçant qu’il serait le témoin du Seigneur. Et vraiment il le fût. Et comme il convenait, il le fût par ses œuvres comme par ses paroles. C’est ainsi que nous devons l’être nous-mêmes : nous devons garder fidèlement le dépôt qui nous a été confié quant à la doctrine et quant aux œuvres. Voyez le grand apôtre : ce qu’il a vu, ce qu’il a entendu, il l’atteste à la face de tous les hommes sans que rien ne l’arrête. Nous savons que la résurrection, qu’une foule d’autres biens seront notre partage, et bien, rendons devant tous les hommes témoignage à ces vérités. Comment le faisons-nous ? Quand notre conduite est empreinte d’une signification toute opposée ? Evidemment non, car ce témoignage vous le chercheriez avant tout dans ses œuvres. Nous soutenons l’existence de la résurrection à venir et d’une infinité d’autres  biens. C’est à nos actes et non à nos paroles que l’on prête le plus sérieusement attention : Tu seras témoin devant tous les hommes, non seulement chez les tiens, mais aussi chez les infidèles, le rôle du témoin consistant, non seulement à vivre son témoignage, mais aussi à faire connaître la vérité à tous, aux ignorants comme aux savants.

          Devenons des témoins dignes de considération. Comment le devenir ? Par notre conduite. Les Juifs tendaient à Paul des embûches ; les passions nous tendent à nous des embûches d’un autre genre, et nous pressent souvent de rendre un faux témoignage. Ne les écoutons pas. Il y a des hommes qui affirment que Dieu n’est pas Dieu : à nous de lui rendre un témoignage irrécusable, rendons-le lui et fermons la bouche à nos adversaires. Si nous demeurons muets, nous devenons la cause de leur erreur. Dans les tribunaux publics où s’agitent les intérêts de ce monde, nul ne voudrait d’un témoin que ses crimes auraient déshonoré : combien moins doit-on l’admettre devant le tribunal de la conscience, où s’agitent des intérêts autrement importants !