Mardi de la 4ème semaine du Temps de Carême

Lévitique 19, 1-18+31-37

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Père Paul-Marie de la Croix

L’Ancien Testament, source de vie spirituelle, p. 218s

        Avec le grand commandement de l’amour de Dieu, Israël reçut celui de l’amour du prochain : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

        Bien que recouvert, en apparence, par un flot de prescriptions secondaires, le précepte de la charité envers le prochain, dont le Christ devait faire son commandement, occupait déjà une place importante dans l’Ancien Testament. Il devint peu à peu la charte des rapports que chacun doit entretenir avec ses frères.

        Si cette loi de charité possédait, dès son apparition, une vertu qu’explique la source divine dont elle découle, elle devait connaître un développement progressif. Il faudra bien du temps pour qu’elle passe dans les mœurs, qu’elle n’aura, d’ailleurs, jamais fini de pénétrer. Jamais, en effet, les âmes ne cesseront de découvrir les richesses et les exigences de la charité mise par Dieu à la base des institutions d’Israël. Cette charité allait permettre au peuple élu d’approfondir la connaissance de sa misère en même temps que des possibilités divines en lui.

        Les dispositions de bienveillance et de miséricorde qu’on rencontre dans la Loi et qui voisinent avec les exigences de la loyauté et de la justice, constituent un ensemble que la morale humaine ne saurait à elle seule expliquer. Pour en rendre compte, il faut un principe surnaturel : Dieu parla à Moïse en disant : Parle à toute l’assemblée et dis-leur : Soyez saints, car, moi, votre Dieu, je suis saint.

        C’est en informant les obligations de la Loi, obligations si multiples et si peu ordonnées en apparence, que le principe de la charité leur confère une unité interne. C’est lui encore, qui, par sa présence, donne une importance absolue et toute spirituelle à l’accomplissement de chaque prescription. Dans l’ordre de la charité, il n’est pas de petite chose, et tout est compromis dès que la moindre vient à manquer. Une attitude de justice dans la charité, telle est l’orientation d’ensemble des prescriptions contenues dans le Pentateuque et spécialement dans le Lévitique : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, Je suis le Seigneur.