3° lecture Fête du Baptême du Seigneur – A

Matthieu 3, 13-17

Accomplir toute justice

Saint Jean Chrysostome

Homélie pour le baptême du Christ, PG 76, 363-369, OC 3, p. 609s

        A Jean qui déclarait : C’est moi qui dois être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi, Jésus répondit : Laisse-moi faire, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. Que comprendre par accomplir toute justice ? Justice s’entend comme l’exécution de tous les ordres de Dieu ; et puisqu’il fallait que tous les hommes accomplissent cette justice, et que personne n’y satisfaisait, le Christ est venu et a accompli cette justice. Quelle justice y avait-il donc à se faire baptiser ? Obéir à Jean, le prophète, était la justice. Jésus fit ce qu’il devait faire en obéissant au prophète qui baptisait.

        Puisque c’était la justice d’obéir à Dieu, que Dieu envoya Jean baptiser le peuple, après tous les commandements de la Loi, le Christ observa aussi  ce commandement-là. Il vint et a acquitté toutes nos dettes envers Dieu, et nous a ainsi libérés. C’est pourquoi il n’a pas dit : Il nous convient de faire ceci ou cela, mais bien : Il convient d’accomplir toute justice. Il me convient, à moi, le Maître qui en ait les moyens, d’acquitter pour ceux qui n’en ont pas les moyens. Telle est la raison de son baptême : montrer qu’il accomplissait la Loi dans tous ses commandements.

        C’est pourquoi le Saint-Esprit est descendu sous la forme d’une colombe ; car partout où Dieu se réconcilie avec son peuple, il se trouve une colombe. Sur l’Arche de Noé, c’est une colombe qui vient apporter un rameau d’olivier, en signe de l’amour de Dieu pour l’homme et de la fin du déluge. Et maintenant, c’est sous la forme d’une colombe, je dis bien sous la forme et non pas dans le corps, ce sont deux choses qu’il faut bien distinguer, que le Saint-Esprit vient annoncer au monde que Dieu prend pitié de lui, et indiquer que l’homme doit fuir la méchanceté, rechercher la simplicité, éviter le mal. Et c’est bien ce que dit le Christ : Si vous ne vous convertissez pas et ne devenez pas semblables aux petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. Mais l’Arche de Noé, une fois le déluge calmé, restait sur terre, tandis que cette arche que fut le Christ, une fois calmée la colère de Dieu, était enlevé au ciel, et ce corps, irréprochable et sans tache, est maintenant assis à la droite de Dieu.