Vendredi de la 1ère semaine du Temps de l’Avent

Isaïe 19, 16-25

La conversion des Egyptiens

Eusèbe de Césarée

Démonstration évangélique, Livre 1, chapitre 6

        Il y aura un autel pour le Seigneur dans le pays d’Egypte. En rappelant cette prophétie, ne semblons-nous pas proclamer un véritable changement de la Loi de Moïse ? Moïse prescrit en effet dans sa législation que l’autel et les sacrifices ne seront établis nulle part ailleurs que dans la seule Judée, et même dans une ville unique de ce pays. Or, la prophétie déclare qu’un autel sera élevé au Seigneur en terre d’Egypte, et que les Egyptiens eux-mêmes offriront des sacrifices au Seigneur des prophètes, et non plus aux divinités de leurs pères. En outre, ce n’est pas Moïse qui leur transmettra la connaissance de Dieu, ni quelque autre prophète, mais un homme nouveau qu’on ne connaîtra pas, envoyé de Dieu.

        Or, si l’autel est transféré contrairement aux décrets de Moïse, il est absolument nécessaire de modifier aussi la Loi de Moïse. Et d’autre part, si les Egyptiens doivent offrir des sacrifices au Dieu souverain, il faudra, je suppose, qu’ils reçoivent le sacerdoce. Mais assurément, pour les Egyptiens qui seront consacrés, les ordonnances de Moïse concernant les lévites et les descendants d’Aaron ne seront d’aucune utilité. L’heure sera donc nécessairement venue d’établir une législation nouvelle pour remplacer les prescriptions tombées en désuétude.

        Quoi donc ? Ces propos ont-ils été avancés à la légère ? Ce discours a-t-il un sens ? Examine donc si aujourd’hui, je parle du temps où nous sommes, nous ne voyons pas de nos yeux, non seulement les Egyptiens, mais aussi tout le genre humain, autrefois adorateur d’idoles, car c’est bien le genre humain que le prophète désigne sous le nom d’Egyptiens, invoquer le Dieu des prophètes, après avoir rejeté l’erreur du polythéisme et du culte des démons. Ils n’adressent plus leurs vœux à de multiples divinités, mais au seul et unique Seigneur, conformément à l’oracle sacré. Par tout l’univers habité, est élevé au Seigneur un autel, où sont offerts des sacrifices non sanglants, mais spirituels, comme le demandent les mystères nouveaux de la Nouvelle Alliance.

        Et si tu recherches le temps où ces événements ont eu leur commencement, tu n’en trouveras pas d’autre que celui de la manifestation du Sauveur. C’était donc lui que la prophétie avait en vue lorsqu’elle disait que le Dieu et Seigneur de l’univers enverrait aux Egyptiens un homme pour les sauver. C’est lui qui désignait aussi l’oracle de Moïse, disant : De cette race sortira un homme ; il sera le Seigneur de peuples nombreux.