Vendredi de la 34ème semaine du Temps Ordinaire

Ezéchiel 40,1-4 + 43,1-12

« La nouvelle Présence de Dieu auprès de son peuple  »

Père Yves-Marie Congar

Le Mystère du Temple, p. 88s

         C’est au moment où Israël était sans Temple, exilé en Babylonie, loin de Sion, que les prophètes de l’exil disent et répètent : plus que jamais, Dieu est et sera avec son peuple.

        Ezéchiel, qui avait vu de façon si poignante la sainte Présence divine quitter le Temple, montre maintenant Dieu revenant à Sion. Il s’agit là de la restauration d’un temple et d’une Présence analogues à ceux dont Israël avait joui avant l’exil. Ce même prophète, par mission divine, décrit de façon détaillée, voire méticuleuse, le temple de la rénovation. Ezéchiel renforce la séparation du sacré et du profane, pour assurer au Temple et à l’autel une sainteté transcendante. Mais le Temple dont il décrit minutieusement les parties, n’est pas destiné à être réalisé dans la pierre. Ezéchiel sait trop bien que Dieu habite là où est son peuple, pour patronner l’idée d’une nouvelle sainteté mécaniquement attachée à un lieu et à des choses. Le Temple qu’il décrit esquisse bien les traits d’une réalité religieuse terrestre : il traduit en choses de l’ordre visible et corporel les exigences spirituelles d’une nouvelle présence de la Gloire de Dieu. Mais cette nouvelle présence n’est à séparer, ni de ce que le prophète dit de la mobilité de cette Gloire, ni de l’annonce qu’il fait du don d’un cœur nouveau, ni enfin du texte décisif et célèbre où il annonce la réunion et la restauration d’un Israël purifié, et purifié par Dieu lui-même, en des termes qui situent cette annonce dans une perspective messianique : Je ferai avec eux une alliance pacifique, ce sera entre eux et moi une alliance éternelle. Je m’établirai sur eux, et je serai leur Dieu.

        Le Temple dont Ezéchiel dessine le plan n’est pas un projet d’architecture : sa signification est prophétique. Il annonce la réalisation messianique d’un domaine de pureté, qui sera celui de l’habitation de Dieu, dépassant l’existence matérielle d’Israël et les institutions mosaïques. Il ouvre, prophétiquement, un chapitre nouveau du mystère du Temple qui ne s’achèvera que dans l’Apocalypse.