2° lecture Dimanche de la 1ère semaine du Temps de l’Avent

Isaïe 1 , 1-18

« Je suis Celui que vous attendez »

Saint Nicolas Vélimirovitch

Prières sur le lac, p. 125s

        N’es-tu pas Celui qui doit venir ?, demandent les fils de la terre à Celui qui est né de la Vierge. Et Celui qui est né de la Vierge resplendit de la lumière matinale parmi les fils de la terre qui sont obscurs comme les jours éteints.

        Les Séraphins ardents luisent dans Ses yeux, les Chérubins très sages sont assis sur ses lèvres, de majestueux trônes reçoivent Sa stature. Le voyant ainsi, guide sans armée terrestre, tout homme sensé peut penser qu’il pourrait s’agir du guide de l’armée des forces invisibles, terribles et sans nombre.

        Et voici que, entouré d’anges, ton guide, ô mon âme, ouvre la bouche et répond : En vérité, je suis Celui que vous attendez ; n’en espérez pas un autre. Si vous cherchez le chemin, moi, je suis le Chemin.

        Tous les prophètes ont montré le chemin qui mène vers moi. En moi s’achèvent et se perdent tous les chemins prophétiques. Désormais, je suis le seul chemin, et  en dehors de moi il n’y a que des chemins sans issue. Comme les nombreux ruisseaux qui se déversent dans un seul fleuve et ainsi perdent leur chemin, ainsi se sont déversés en moi tous les prophètes, et désormais je détermine le cours de la vie. Celui qui persiste sur les chemins des prophètes, qui va sur des chemins inexistants, s’anéantira. Les prophètes sont venus pour montrer leurs chemins ; moi, je suis venu pour être le Chemin.

        Qui veut me suivre ne peut le faire seulement avec ses jambes, mais avec toute son âme, tout son cœur, tout son esprit. Long est mon Chemin, et celui qui ne compte que sur ses jambes s’écroulera de fatigue. Qui veut aller à mes côtés doit abandonner ses jambes, et son âme, et son cœur, et son esprit. Celui qui abandonnera tout cela, je le prendrai sur mes jambes, dans mon âme, dans mon cœur, dans mon esprit. Et il ne sera pas lourd pour moi, comme je ne le serai pas pour lui. Celui qui n’abandonnera pas tout, ne pourra en chemin ni me suivre, ni me retenir.

        Le suis le Chemin, et celui qui emprunte mon chemin ne va pas seul, mais avec moi. Les prophètes ont montré des chemins par ici, par-là, ou par là-bas, car eux-mêmes n’étaient pas le chemin. Personne des miens ne peut aller sans moi : qui veut prendre mon Chemin, celui-là je le porterai sur moi.

        Je vous le dis : je suis le Demain désiré et le Chemin vers le Demain. Sans moi vous ne pouvez ni trouver le Chemin vers votre Demain désiré, ni le recevoir.