Lundi de la 23ème semaine du Temps Ordinaire

Amos 8, 1-14

Faim et soif de la Parole de DieuPaul VI

Saint Bernard

Sermon 5 pour l’Avent, SC 480, p. 171s

 

        Ecoutez ce que le Seigneur dit lui-même : Si quelqu’un m’aime, il gardera mes Paroles, mon Père l’aimera et nous viendrons chez lui. Où donc faut-il garder les Paroles de Dieu ? Dans le cœur, bien sûr, selon le mot du prophète : J’ai gardé tes paroles en mon cœur pour ne pas pécher contre toi. Mais comment faut-il les garder dans le cœur ? Suffit-il de les garder seulement par la mémoire ? Mais à qui les garde ainsi, l’apôtre dira que la connaissance enfle. De plus, l’oubli efface facilement la mémoire. Garde donc la Parole de Dieu de la même manière que tu peux le mieux garder la nourriture de ton corps. Car cette Parole est le pain vivant et une nourriture pour l’intelligence. Tant qu’il est dans la huche, le pain terrestre peut être emporté par un voleur, être rongé par des rats, se corrompre en devenant rassis. Mais une fois que tu l’as mangé, qu’as-tu encore à craindre de ces dangers ? Garde de cette manière la Parole de Dieu, car ils sont heureux ceux qui la gardent. Qu’elle soit donc absorbée, pour ainsi dire, dans les entrailles de ton âme, qu’elle passe dans tes sentiments et dans ta conduite. Mange cette bonne chose, et ton âme en tirera plaisir et grand profit. N’oublie pas de manger ton pain, de peur que ton cœur ne se dessèche, mais qu’au contraire ton âme soit comblée de mets juteux et savoureux.

        Si c’est ainsi que tu gardes la Parole de Dieu, sans aucun doute, alors elle-même te gardera. Le Fils en effet viendra chez toi avec le Père ; oui, il viendra, le grand prophète, celui qui doit rénover Jérusalem. Et il fait toutes choses nouvelles. Voici en effet ce qu’accomplira cet événement : De même que nous avons porté l’image de l’homme terrestre, de même aussi nous porterons l’image de l’homme céleste. Le vieil Adam s’est répandu à travers tout l’homme et a pris en lui toute la place ; de même aussi, il faut que maintenant le Christ prenne possession de tout l’homme : il l’a créé tout entier, tout entier aussi il le glorifiera, lui qui a sauvé un homme tout entier le jour du sabbat.