2° lecture Dimanche de la 23ème semaine du Temps Ordinaire

Amos 7, 1-17

Le prophète Amos face au prêtre AmasiasPaul VI

Saint Cyrille d’Alexandrie

Commentaire du prophète Amos, tome 3, n° 69…71, p. 143s

        Le mensonge, en soi, comporte toujours de la faiblesse, et la fausseté ne repose pas sur un fondement solide. Tandis que les bienheureux prophètes rappellent à l’intégrité de la foi ceux qui se sont laissés prendre par l’erreur, les ministres des idoles, eux, voyant tous leurs artifices s’effondrer, font éclater violemment leur colère, explosent en menaces et déplorent le retournement de ceux qu’ils avaient d’abord séduits.

        Amasias, le prêtre impie de Béthel, craignait donc que ceux qu’il avait persuadés d’adorer les veaux d’or ne soient pas entraînés à une foi authentique par les paroles d’Amos, et qu’il ne soit, lui, destitué de son sacerdoce ; alors, périraient, avec les temples, les statues qui étaient à l’intérieur, aussi va-t-il essayer d’exciter Jéroboam contre Amos, accusant le prophète de se révolter en quelque sorte contre sa royauté. Les saints sont toujours en butte aux mêmes entreprises de la part de ceux qui combattent la piété, et, par de semblables tentatives, la faiblesse du mensonge ne fait qu’empirer à tous égards.

        Amasias dit donc à Amos : Va-t-en d’ici, Voyant. Il nomme le prophète voyant, non certes par considération, ni révérence pour la fonction de prophète ! Car, après l’avoir dénigré comme un des faux-prophètes, il lui ordonne de se retirer au pays de Juda. En ajoutant : Mange là-bas ton pain, il semble lui dire : Si tu recherches un revenu honteux et si tu désires te procurer le nécessaire pour vivre, en ensorcelant les gens par des oracles, quitte la Samarie et adresse-toi à ceux de la tribu de Juda, mais cesse de prophétiser à Béthel, car c’est un sanctuaire royal. C’est là, en effet, que le roi Jéroboam avait dressé le veau d’or. Et, brandissant en quelque sorte un chef d’accusation contre le prophète et une marque de respect pour le souverain, il ajoute cette affirmation : C’est un temple du royaume. Mais toi, tu perturbes les ordonnances royales, tu soulèves des séditions, tu t’opposes aux volontés des souverains avec une audace incroyable ! Mais le prophète s’efforce de faire comprendre que tel n’est pas son but et qu’il n’est pas motivé par l’amour du gain ; il cherche plutôt à obéir aux volontés du Seigneur et à remplir son ministère prophétique.

        Les saints apôtres eurent une attitude semblable lorsqu’aux pharisiens et aux scribes qui voulaient un jour les réduire au silence, ils répliquèrent avec netteté : S’il est juste devant Dieu de vous écouter plutôt que d’écouter Dieu, à vous de juger ! Quant à nous, il nous est impossible de ne pas dire ce que nous avons vu et entendu.