Lundi de la 20ème semaine du Temps Ordinaire

Ephésiens 1, 15-23

« Il L’a ressuscité des morts »Paul VI

Saint Cyrille d’Alexandrie

Deux dialogues christologiques, SC 97, p. 477s

 

        Paul déclare : Vous voulez une preuve que le Christ parle en moi, lui qui n’est pas faible, mais exerce en vous sa puissance ? Sans doute a-t-il été crucifié en raison de sa faiblesse, mais il est vivant de par la puissance de Dieu. Alors comment du Verbe lui-même peut-on dire qu’il a été faible et qu’il est vivant de la puissance de Dieu ?

        Celui qui a été faible dans la chair, selon sa manifestation humaine, celui-là est vivant de par la puissance de Dieu, non par puissance étrangère, mais inhérente en lui, car il était Dieu dans la chair. Et pourtant, on dit que le Père l’a ressuscité ; il est écrit en effet : Selon cette puissance souveraine qu’il a déployée dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts et fait siéger à sa droite dans les cieux, bien au-dessus de toute Principauté, Domination, Seigneurie, et de quelque nom que l’on ne puisse nommer.

        Eh bien, disons qu’il est lui-même cette puissance vivifiante du Père et qu’il resplendit en vertu de sa nature des dignités de Celui qui l’a engendré, même une fois devenu chair. Il témoignera pour lui-même, lui qui dit : De même que le Père fait vivre qui il veut, de même le Fils fait vivre qui il veut. Et accomplir cela ne lui donne aucun mal, il le dit à la foule juive : Démolissez ce Temple, et en trois jours je le rebâtirai. Par ailleurs, le Ressuscité s’est assis à la droite du Père au plus haut des cieux, au-dessus de toute Principauté, Puissance, Seigneurie, et de quelque nom que l’on ne peut nommer. Est-ce donc comme un autre fils, à côté du Verbe issu du Père, un fils honoré pour une simple conjonction recevant le nom de la Divinité à titre de grâce ? Ou plutôt en qualité de Fils véritable par nature, devenu semblable aux hommes et offrant les dehors d’un homme à raison de l’économie ? Le Père lui a préparé un corps, le Fils vint, doté de ce corps, pour faire la volonté du Père ; cette volonté, c’est la rédemption par la précieuse Croix et la récapitulation de l’univers parfaitement accomplie par lui et en lui. Ressuscité désormais, il a vaincu le mal, et il siège à la droite de Dieu au plus haut des cieux.