Jeudi de la 7ème semaine du Temps Pascal

1 Jean 5, 13-21

Comparaison de la Loi de Moïse avec la Loi nouvelle

Saint Augustin

Livre sur l’Esprit et la lettre, OC 30, p. 151s

        Depuis la mort et la résurrection du Seigneur, lui qui fut conduit au supplice comme un agneau pour être immolé jusqu’au jour où le doigt de Dieu, c’est-à-dire l’Esprit-Saint, remplit le cœur des fidèles assemblés dans un même lieu, on compte cinquante jours.

        Dans la Loi ancienne, il était défendu au peuple, sous les peines les plus terribles, d’approcher du lieu où la Loi fut donnée à Moïse. Dans la Loi nouvelle, le Saint-Esprit descend sur ceux qui sont réunis et l’attendent, selon la promesse qui leur en a été faite. Sur le Mont Sinaï, le doigt de Dieu grava la Loi sur des tables de pierres ; à la Pentecôte de la nouvelle Alliance, le doigt de Dieu l’écrit dans le cœur des hommes. Autrefois, la loi n’était écrite qu’au dehors, pour effrayer les pécheurs pr le crainte des châtiments ; maintenant, elle leur a été donnée intérieurement pour les justifier. En effet, cers commandements de Dieu : Vous ne commettrez ni adultère, ni homicide, vous ne convoiterez pas, et d’autres semblables qui sont écrits sur ces tables, sont compris dans cette parole : Vous aimerez votre prochain comme vous-même. L’amour qu’on a pour son prochain ne souffre pas qu’on lui fasse du mal. La charité est donc la plénitude de la Loi. Cet amour du prochain n’a pas été gravé sur des tables de pierre, mais il a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit-Saint qui nous a été donné. La Loi de Dieu est donc la charité, et l’amour des choses de la chair n’est point et ne saurait être soumis à la Loi de Dieu. Lorsque pour réprimer par la crainte cet amour des choses de la chair, les tables de la Loi indiquent les œuvres que la charité doit accomplir, voilà la Loi des œuvres et la lettre qui tue les prévaricateurs ; mais lorsque la charité est répandue dans le cœur des fidèles, voilà la Loi de la foi et l’Esprit qui vivifie ceux qui se conduisent par l’amour.

        Voyez donc avec quelle justesse cette différence entre les deux Lois s’accorde avec la parole de l’Apôtre Paul : Vous faites voir que vous êtes la lettre de Jésus-Christ écrite par votre ministère, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais avec des tables de chair qui sont vos cœur.