2° lecture Fête de Notre-Dame de Lourdes

La grâce de Massabielle

Monseigneur Pierre-Marie Théas

Homélies pour la fête de Notre-Dame de Lourdes, p. 33s

       Que se passe-t-il, à Lourdes, le 11 février 1858 ? A la grotte de Massabielle, une mystérieuse rencontre met, face à face, la Vierge Immaculée et Bernadette Soubirous. Notre dame se montre, Bernadette regarde ; Notre-Dame se donne, Bernadette reçoit.

       L’apparition de la Vierge établit l’univers dans l’émerveillement et la confiance suppliante. Peu à peu le monde s’ébranle vers Lourdes.

       Mais ce qui doit surtout provoquer notre admiration et notre action de grâce, c’est l’invisible et mystérieuse action de la Vierge dans l’âme de Bernadette, action qui aboutit à ce que saint Paul appelle : la communication du Saint Esprit.     C’est ainsi qu’il faut désigner, pour Bernadette et pour nous, la grâce de Lourdes.

       Le 11 février 1858, quelle merveilleuse vision à Massabielle ! Dans l’anfractuosité du rocher, la Vierge immaculée, enveloppée d’une lumière céleste, se montre sous les traits d’une jeune fille, dont la beauté, la douceur et la modestie sont inconnues sur terre. Sa robe, plus éclatante que la neige, plissée autour du cou, couvre tout le corps, laissant à peine paraître les deux roses d’or qui s’épanouissent sous ses pieds. Un long voile, d’une blancheur de lait, encadre le visage et le buste. Une ceinture bleue, nouée par devant, serre légèrement la taille. Un chapelet pend à son bras : les grains sont blancs, la croix et la chaîne sont couleur or.

       La Vierge ouvre les bras, incline la tête avec un gracieux sourire et adresse à Bernadette un salut d’une grâce ravissante. Puis la Vierge joint les mains ; ses yeux, remplis d’une caressante tendresse, tantôt se fixe sur Bernadette et tantôt se lève vers le ciel. Plus tard, ses lèvres s’ouvriront pour transmettre un message d’une simplicité évangélique.

       Que fait Bernadette ? Elle a peur, elle se frotte les yeux. Vite, elle retrouve le clame, et regarde la vision avec émotion, avec amour et admiration. Je la regardais tant que je pouvais, dira-t-elle plus tard.

       Bernadette est absorbée dans sa contemplation. Au cours des 18 apparitions, toutes ses énergies seront concentrées dans son regard, c’est l’extase. Bernadette sort d’elle-même, l’amour la projette dans le cœur de Notre-Dame. Il y a une immanence de Bernadette en Marie, il y a surtout une immanence de Marie en Bernadette : par une influence très douce,  très intime et très puissante, Marie fait part à Bernadette de tous les biens dont son âme est débordante ; Bernadette acquiesce et consent de tout son amour, de toute sa générosité, à tous les dons et aussi à toutes les sollicitations de la Mère de Dieu.