• Newsletter



Mercredi de la 4ème semaine de Carême

Lévitique 26, 3-17+38-45

La participation universelle aux bénédictions de Dieu

Origène

Homélies XVI sur le Lévitique, SC 287, p. 265s

            Il nous a bénis de toute bénédiction spirituelle, aux cieux, dans le Christ. Il y a beaucoup de bénédictions dans les divines Ecritures qui semblent adressées à tous ceux qui sont établis dans la puissance de l’Esprit. Et quelle est la première bénédiction sur ceux qui accomplissent ce qui est commandé : Je vous donnerai la pluie en son temps. Si cette pluie est donnée en récompense à ceux qui gardent les commandements, le monde entier ne profite-t-il pas des pluies communes données par Dieu ? Et le Père ne fait-il pas pleuvoir sur les justes et sur les injustes ? L’Ecriture dit : Que mon langage soit attendu comme la pluie, et que mes paroles descendent comme la rosée, comme l’ondée sur le gazon, comme la neige sur l’herbe ! Fais attention, auditeur : ne crois pas que nous fassions violence à l’Ecriture, lorsque, enseignant l’Eglise, nous disons que les eaux, ou la pluie, ou autres choses qui paraissent dites corporellement doivent être comprises spirituellement. L’Apôtre aussi nous dit : Lorsqu’une terre boit l’ondée, elle produit une végétation utile à ceux qui la cultivent, ainsi reçoit-elle de Dieu des bénédictions ; mais produit-elle épines et chardons, elle est réprouvée, bien proche de la malédiction et finalement on la brûle..

            Mais notre terre, c’est-à-dire notre cœur, si elle accueille la pluie de la doctrine de la Loi qui tombe fréquemment sur elle, et si elle porte les fruits de ses œuvres, elle reçoit des bénédictions. Si, au contraire, elle n’a pas d’œuvre spirituelle, mais des épines et des chardons, c’est-à-dire les soucis du siècle ou les convoitises des plaisirs et des richesses, elle est réprouvée, bien proche de la malédiction, et finalement on la brûle. C’est pourquoi chacun des auditeurs quand il vient pour écouter, reçoit l’ondée de la Parole de Dieu ; et s’il porte le fruit d’une bonne œuvre, il obtiendra une bénédiction ; mais s’il méprise la parole de Dieu qu’il a reçue, néglige ce qu’il a entendu fréquemment, se livre au souci des affaires séculières et à la passion, comme celui qui étouffe la parole sous les épines, il recevra une malédiction, et au lieu d’une fin dans la béatitude trouvera une fin dans le feu.