• Newsletter



19° dimanche du temps ordinaire, 3° lecture

Sur Matthieu 14, 22-33

Le départ des foules, la marche dans la montagne, la solitude, l’obscurité

Saint Nicolas Vélimirovitch

Homélies sur les Evangiles des Dimanches et Jours de fête, p. 431s

 

Après avoir envoyé les disciples sur l’autre rive en barque pour l’y devancer, Jésus renvoya les foules. Il monta alors dans la montagne pour prier à l’écart : le soir venu, Il était là, seul.

            Le mot seul est souligné, afin d’insister sur la solitude à laquelle le Seigneur aspirait et dans laquelle il était resté, une fois la foule dispersée. La montagne, la solitude, la nuit. Dans de telles circonstances, l’homme ressent très aisément la présence de l’Esprit de Dieu ; c’est alors que la prière est la plus douce. Tout ce que le Seigneur Jésus a fait, Il l’a fait pour nous instruire par les mots, mais aussi par des actes et des évènements, et à travers chacun de Ses gestes. Il a gravi la montagne, car c’est là que se trouve le plus grand silence. Il demeure dans la solitude, car la solitude correspond à un éloignement du monde.

Il prie dans la nuit sombre, car l’obscurité nocturne est un rideau posé sur les yeux qui perturbent le fonctionnement de l’intelligence et de la réflexion, le regard ne cessant de se déplacer d’un objet à l’autre. Cette prière du Christ, sur la montagne, possède aussi une signification intérieure profonde. Laisser partir la foule, gravir la montagne, la solitude et l’obscurité, qu’est-ce que cela signifie ? Laisser partir la foule signifie laisser de côté toutes les images de ce monde, et tous les souvenirs qui nous rattachent au monde et nous perturbent ; puis, débarrassé du monde s’élever vers Dieu dans la prière. Que signifie gravir une montagne ? Cela signifie s’élever par l’esprit, le cœur et l’âme vers les hauteurs divines, le voisinage de Dieu, la compagnie de Dieu. Celui qui veut attirer le monde à lui au moyen d’intérêts innombrables et de contacts avec un très grand nombre de gens, ne peut en même temps grimper dans les hauteurs où l’homme se sent seul avec son Créateur. Que signifie la solitude ? Elle signifie l’âme nue, telle qu’elle est. Séparé du monde, l’homme ressent une solitude effroyable. Ceux que leur désillusion en ce monde conduit à cette solitude effroyable, se suicident généralement s’ils ne réussissent pas à s’élever en hauteur, là où l’homme trouve Dieu. Que signifie l’obscurité ? Cela signifie l’absence totale de lumière de ce monde. Pour un ermite en prière, ce monde gît plongé dans les ténèbres profondes où se lève progressivement l’aube de la lumière céleste qui vient de Dieu et illumine un monde nouveau, infiniment plus éclatant et meilleur que celui-ci. Telles sont les quatre phases de la prière et leur sens intérieur. Dans cet épisode avec le Christ, cela est représenté de façon imagée : le départ de la foule, la marche dans la montagne, la solitude et l’obscurité.