vendredi après l’Epiphanie

Sur Baruch 4, 5-29
C’est pour nous que le Christ, au baptême, a reçu le Saint-Esprit
Saint Cyrille d’Alexandrie
Commentaire de l’évangile de Jean,

Le Créateur de l’univers avait décidé de tout réunir sous un seul chef, le Christ, et restaurer la nature humaine dans son premier état. Il promet donc de lui rendre, avec les autres dons, le Saint-Esprit. En effet, elle n’aurait pas pu autrement retrouver la possession paisible et durable de ses biens.
Aussi Dieu a-t-il fixé le moment où le Saint-Esprit descendrait vers nous, et il en a fait la promesse : En ces jours-là, évidemment ceux de notre Sauveur, je répandrai de mon Esprit sur toute chair.
Lorsque le temps de cette générosité a fait venir sur cette terre le Fils unique incarné, c’est-à-dire un homme né d’une femme, selon la Sainte Ecriture, Dieu le Père nous a encore donné son Esprit, et le premier qui le reçut fut le Christ, comme étant le premier exemplaire de la nature à renouveler. Jean Baptiste l’affirme : J’ai vu l’Esprit descendre du ciel et demeurer sur lui.
Si l’on dit que le Christ a reçu le Saint-Esprit, c’est en tant qu’il est fait homme et en tant qu’il convenait à l’homme de le recevoir.
Sans doute, il est le Fils de Dieu le Père, et engendré de sa substance, et cela avant l’Incarnation et même avant tous les siècles. Malgré cela, il n’éprouve aucune tristesse à entendre le Père lui dire, maintenant qu’il s’est fait homme : Tu es mon Fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.
Celui qui était de Dieu, engendré par lui avant les siècles, le Père dit qu’il est engendré aujourd’hui : cela signifie qu’il nous accueille en lui comme des fils adoptifs, car toute l’humanité était contenue dans le Christ en tant qu’il était homme. En ce sens, on dit que le Père, alors que son Fils possédait déjà son Esprit, le lui donne de nouveau de telle sorte que nous soyons gratifiés de l’Esprit en lui. C’est pour cela qu’il vient aider les fils d’Abraham, selon l’Ecriture, et qu’il est devenu en tout semblable à ses frères.
Ce n’est donc pas pour lui-même que le Fils unique a reçu le Saint-Esprit. Car l’Esprit est à lui, en lui, et par lui, comme nous l’avons déjà dit. Mais parce que, s’étant fait homme, il possédait en lui toute la nature humaine, il a reçu l’Esprit afin de la redresser tout entière en la restaurant dans son premier état. Nous pouvons donc voir, par un sage raisonnement et en nous appuyant sur la Sainte Ecriture, que le Christ n’a pas reçu l’Esprit Saint pour lui-même, mais plutôt pour nous qui étions en lui. Car c’est par lui que nous parviennent tous les biens.